Communiqués de presse
  • FIA GT1 Championship à Zolder : Eric van de Poele: «Nous étions performants»

    11/04/2011

    Le premier meeting du Belgian Touring Car Series s’est soldé par un bilan mitigé pour la Volvo S60 Silhouette. Après avoir signé la pole position et le 2e temps aux essais aux mains d’Eric van de Poele et Vincent Radermecker, la ‘bombe suédoise’ a été contrainte à l’abandon.

    «Ce n’est pas vraiment le scénario dont on rêvait en débarquant à Zolder», constatait Eric van de Poele au terme d’un week-end difficile pour son équipe. «Nous repartons du Limbourg sans le moindre point. C’est d’autant plus dommage que notre Volvo S60 avait démontré une réelle pointe de vitesse lors des qualifications et en début de course.»

    C’est peu de le dire. Aux essais, les deux hommes avaient réalisé respectivement la pole position et le 2e chrono. Dans la 1ère manche, Eric occupait la 2e place quand un porte-moyeu fit des siennes. Dans le second round, Vincent avait pratiquement 30 secondes d’avance sur le reste du peloton quand il constata des soucis du côté de la boîte de vitesses.

    «C’est la dure loi des sports mécaniques, philosophait Rader. Nous sommes tributaires du matériel. Les porte-moyeux sont des pièces ‘racing’ éprouvées. L’équipe avait révisé ces organes avant le meeting et ils ne souffraient d’aucune faiblesse. Le porte-moyeu incriminé va d’ailleurs être envoyé au fabricant pour analyse. Quant à la boîte, c’est du côté de la commande que vient le souci. En tout cas, j’espère que nous avons mangé notre pain noir.
    L’an dernier, notre voiture a démontré une très belle fiabilité à l’exception du premier meeting. Disons que nous sommes repartis sur le même mode! Nous allons devoir courir après des points tout au long de la saison mais cela va ajouter du piment au challenge.»

    Le premier meeting du Belgian Touring Car Series s’est soldé par un bilan mitigé pour la Volvo S60 Silhouette. Après avoir signé la pole position et le 2e temps aux essais aux mains d’Eric van de Poele et Vincent Radermecker, la ‘bombe suédoise’ a été contrainte à l’abandon.
    Retour