DAIM

Ambassadeurs

DAIM

Un style 3 D techniquement brillant et formellement complexe est la marque de fabrique de DAIM. L’on a presque l’impression de pouvoir toucher les lettres, comme si elles délaissaient leur dimension bidimensionnelle pour entrer dans notre monde tridimensionnel et perceptible. Elles suggèrent en effet de se situer au-delà de la dimension dont elles font réellement partie ; elles essaient de s’imposer, en veulent plus, souhaitent faire partie intégrante du monde dynamique et, comme par bravade, nous étalent leur savoir-faire surdimensionné en se fondant, s’imbriquant dans un espace fantaisiste et coloré où elles se séparent, se hachent avant de se remélanger avec des systèmes de flèches (qui sortent de l’image et renvoient vers le monde « réel »), en s’intégrant dans la profondeur de l’espace et en s’en extrayant à nouveau, en se tendant entre deux points fuyants, en se désagrégeant, en éclatant, en se déchirant, en se brisant, oui, en se déstructurant littéralement – et les quatre lettres D A I M incarnent subitement une rupture par rapport à l’écriture normale aux conventions rigides, qui s’appuie plutôt sur les régularités apaisantes de ses formes pour satisfaire aux règles de lisibilité.

Le programme de DAIM comprend aussi bien la construction que la déconstruction d’un mot, apparaissant d’une sphère cénesthésique, entre rémanence et disparition ! Apparu de rien, il semble sur le point d’y retourner. Dans un graffiti de DAIM, l’on voit l’image d’une formation de mot qui semble se modifier à tout instant, se rendre inaccessible, être en fuite, insaisissable et qui veut donc rester libre, souveraine. Avec chaque nouvelle œuvre, DAIM s’approprie un peu plus le monde ; et avec chaque œuvre, le monde s’approprie un peu plus l’artiste. « Former le caractère des lettres et ainsi découvrir son propre caractère », telle est sa devise. Le caractère des lettres reste ici toutefois toujours une valeur variable, abstraite, ambivalente, et donc subversive. Entre construction et déconstruction, entre bidimensionnalité et tridimensionnalité, entre complexification des formes et simplification des contenus, entre hermétisme et offre en communication : les œuvres graffiti de DAIM représentent l’inconcevable clivage mondial qui fait glisser encore plus le spectateur qui tente de le dépasser.

DAIM est ambassadeur de la marque Volvo Car Switzerland depuis début 2014.


DAIM