Réveillez-vous et faites un petit somme

Nous sommes allés à New York pour découvrir comment les conducteurs restent vigilants dans la ville qui ne dort jamais.

Temps de réaction, jugement et vision affaiblis. Ce sont là quelques effets parmi d'autres de la somnolence au volant. Et quiconque doit conduire en étant fatigué – que ce soit pour le travail ou pour rentrer chez soir tard le soir – court un risque. Alors que pouvons-nous faire pour identifier et combattre la somnolence au volant? Pour le savoir, nous avons dû consulter les experts en la matière. Et qui l’est plus que les chauffeurs de taxi de New York – la ville qui ne dort jamais.

New York, New York

New York. Comme le requin, vous devez toujours rester en mouvement pour survivre. La ville est sale. Bruyante. Et vivante, avec ses possibilités infinies qui inspirent des chansons et des films. Avec toutes ces choses à faire, pas étonnant que les gens ne dorment pas. Mais le manque de sommeil est associé aux styles de vie non sains, aux comportements erratiques et à la conduite dangereuse. Pour rester concentré et productif, il faut dormir suffisamment. D'autant plus si votre travail consiste à conduire un taxi jour et nuit. 
 

Taxi!

J’ai sillonné la ville en demandant aux chauffeurs comment ils faisaient pour conduire avec un maximum de sécurité. Certains d’entre eux travaillent 14 heures par jour et tandis qu’ils essaient de ne pas se laisser déborder, la pression financière et les services de taxi basés sur app ne leur facilitent pas la tâche. La loi en vigueur les limite à un poste par roulement de 12 heures, mais leurs heures sont remises à zéro dès l'instant où ils font une pause, quelle qu’en soit la durée. «Nous ne choisissons pas de travailler durant de longues heures, nous le faisons à cause de la situation économique», m’explique mon premier chauffeur de la journée. «Vous ne gagnez pas d’argent en restant immobile, tout est dans le kilométrage», poursuit-il. 
Pourtant, rester immobile ou être bloqué, c’est essentiellement ce qu’on fait. Dans une voiture. Dans la circulation. Entre les véhicules, les pendulaires, les touristes et les gratte-ciel qui nous surplombent. Peut-être que la question n’est pas quand mais où font-ils leurs pauses dans une ville ou l’espace est la véritable monnaie? En descendant Lexington Avenue, mon chauffeur me montre quelques-unes des aires de repos que la ville a à offrir. Mais avec 14 000 taxis jaunes à Manhattan seulement, il est difficile d’y accéder, ce qui explique pourquoi certains roulent jusqu'aux aéroports pour pouvoir faire une bonne pause. 
Avant de partir pour NYC, j'ai parlé de repos et de sécurité de conduite avec Mikael Ljung Aust, spécialiste du comportement des conducteurs chez Volvo Cars. Il dit qu’après avoir passé un long moment au volant, il est difficile de savoir de combien de repos on a besoin avant de continuer à conduire en toute sécurité. «Un café et une turbo sieste de 15 minutes sont un bon départ. Mais tout dépend du temps qu’il vous reste à conduire.» Chez Volvo Cars, la recherche sur la somnolence se concentre sur deux perspectives: comment amener les personnes à réagir plus précocement aux signes d’endormissement et comment déceler si un conducteur ne contrôle plus la voiture et a besoin d’aide pour éviter une potentielle collision. «Il est difficile de prédire avec précision quand une personne va s’endormir, et ce, même en laboratoire, sous strict monitoring», déclare Mikael. C’est pourquoi Volvo Cars se consacre tant au développement de la sécurité préventive qu’à celui de systèmes de protection. 
 

S’arrêter pour une tasse de café

Alors, comment font les chauffeurs de taxis new-yorkais pour savoir quand le moment est venu de faire une pause? Mon chauffeur de la veille au soir m’a expliqué que dès qu’il commençait à cligner des yeux, il arrêtait la voiture et faisait une sieste – où qu’il se trouve. Il se fie à son instinct pour déceler les signes de fatigue. Mais comme Mikael l’a dit «Il n’est pas toujours facile de savoir si vous êtes juste un peu fatigué ou si vous êtes trop fatigué pour conduire. Sans compter que lorsque vous êtes fatigué, vous ne prenez pas les meilleures décisions.» 
 
Bien que le conducteur porte toujours toute la responsabilité, un «copilote» accroît les chances de rentrer chez soi sain et sauf. Des caméras, lasers et un radar contrôlent à la fois les mouvements de la voiture et le comportement du conducteur afin d’alerter, aider et réveiller les conducteurs somnolents. L’une de ces alertes est la «tasse de café». Vous l’avez probablement vue s’afficher sur l’écran d’information de votre voiture. Mais vous l’avez probablement associée aux kilomètres parcourus et non pas à la façon dont vous conduisiez. L’ingénierie qui se cache derrière est très intelligente – votre conduite est en fait jumelée avec un algorithme spécial qui stimule un conducteur somnolent. Il sait vous dire où vous pouvez vous arrêter en toute sécurité. Qui veut un café? 

Changeons la culture

Les sociétés reconnaissent que dans les bureaux actuels, les salles de repos sont tout aussi importantes que les salles de conférence. L’espace de travail des chauffeurs de taxis est leur véhicule. Ils lisent les nouvelles en attendant que le feu rouge passe au vert, se garent le long des trottoirs pour manger un morceau – et les passants ne respectent pas toujours le panneau signalant qu’ils ne sont pas en service. C’est un environnement stressant et le stress amène les gens à dormir moins. Quand à cela s’ajoutent des cigarettes, de la caféine et des siestes pour rester éveillé, l’approche semble risquée. Cela soulève une question importante: des gens devraient-ils vraiment avoir la responsabilité d’en transporter d’autres? Les pilotes de ligne passent en mode de pilotage automatique juste après le décollage et ce, jusqu’à l’approche finale pour réduire la charge de travail et assurer aux passagers le vol le plus sécurisé et le plus confortable qui soit. Et on sait que sur les routes, la plupart des accidents ont pour cause un facteur humain. Les toutes dernières voitures Volvo sont équipées d’un système de conduite semi-autonome de pointe, ce qui constitue une étape vers un avenir de voitures «sans conducteurs». 
Les voitures autonomes représentent peut-être l’avenir, voire un avenir plus sûr, mais un chauffeur me conduisant à Brooklyn m’a donné son avis sur le sujet. «Si vous remplacez les gens par la technologie, vous devez veiller à fournir à toutes ces personnes une autre activité digne de ce nom.» Au moment de sortir du taxi, je lui ai demandé quelle était la meilleure chose dans le fait d’être chauffeur professionnel. «Rencontrer des gens», m’a -t-il dit. Et peut-être est-ce là que réside l’avenir de ces chauffeurs, pas seulement en tant que chauffeurs mais comme les guides touristiques, comédiens, experts politiques et thérapeutes qui font que voyager et parler avec eux constitue une expérience aussi unique? Après tout, ils sont déjà les ambassadeurs officieux de la ville de New York. 

En tout cas, la prochaine génération d’êtres humains connaitra peut-être une réalité totalement autonome. Mais d’ici là, nous devons nous réveiller, avoir un sommeil de qualité et mettre un terme à la somnolence au volant. 

Nous avons 3 façons de vous aider à rester éveillé et sur la bonne voie