Volvo Cars responsable des actes de ses voitures autonomes

Retour
HeritageNews TextHeader
HeritageNews PublishedHeader 12:00 AM, October 19 2015

Volvo Cars assume toute la responsabilité pour les actes de ses voitures en mode Autopilot et devient l’un des premiers constructeurs à franchir ce pas de décisif dans le développement des véhicules autonomes.

Le PDG de Volvo Car Group Håkan Samuelsson l’a annoncé lors d’un discours appelant les législateurs, les gouvernements et les constructeurs à travailler ensemble pour faire des véhicules autonomes une réalité. En prenant l’initiative en matière de responsabilité, Volvo Cars entend accélérer la définition de directives gouvernementales encadrant les essais et le développement des véhicules autonomes.

En l’absence d’un tel cadre, des pays comme les États-Unis pourraient céder du terrain dans le développement de la conduite autonome.

« En l’absence de directives fédérales sur les essais et la certification des véhicules autonomes, les États-Unis pourraient perdre leur leadership », a déploré M. Samuelsson. « L’Europe a souffert de la disparité des règles et réglementations de ses États. Il serait dommage que les États-Unis empruntent la même voie que le vieux continent dans ce domaine stratégique ».

M. Samuelsson a précisé que l’absence d'encadrement fédéral pourrait ralentir le développement et repousser le lancement de véhicules autonomes aux États-Unis, ce qui compliquerait la tâche des constructeurs souhaitant tester, développer et vendre des voitures autonomes.

« L’absence de cadre réglementaire commun freine les essais et donc le développement de véhicules conformes à la loi des 50 États du pays », a-t-il expliqué. « Pour que la transition vers la mobilité autonome se fasse le plus naturellement possible, nous devons créer de concert le cadre nécessaire pour l’accompagner ».

L’implication de Volvo Cars pour accélérer le lancement des véhicules autonomes a été saluée par la National Highway Traffic Safety Administration (NHTSA), l’agence fédérale chargée de la sécurité routière. « Si une innovation technologique permet de réduire le nombre d'accidents mortels sur les routes, nous y sommes bien évidemment favorables, dès maintenant », a confirmé l’administrateur de la NHTSA Mark Rosekind.

VOIR LA VIDEO