Communiqués de presse
  • 12 Heures de Spa : Une exceptionnelle 2e place pour la Volvo S60

    07/06/2010

    Le Volvo S60 Racing se souviendra longtemps de ces 12 Heures de Spa qui l’ont vue jouer et croire à la victoire jusqu'aux cinq dernières minutes d’un sprint haletant. Au-delà du rêve caressé du bout des ailes, cette 2e place reflète l’immense potentiel de la Volvo S60 pilotée de mains de maîtres par Eric van de Poele, Vincent Radermecker et Rob Huff.

    Personne n’attendait la Volvo S60 à pareille fête pour sa première participation à une course de 12 Heures, pour la 3e course de sa toute jeune carrière, pas même les principaux intéressés… Pourtant, Eric van de Poele, Vincent Radermecker et Rob Huff, après un départ très prudent puis une stratégie de ravitaillements décalée, ont animé les débats de bout en bout, maintenant le suspense de ce tour d’horloge à son comble jusqu’à l’ultime minute. Cela, malgré un incident confus survenu à trois heures de l’arrivée : « Il est difficile de voir clair dans cet épisode, commente Thomas Néri, team manager du Volvo S60 Racing: on venait juste de passer en tête lorsque la voiture de sécurité est montée en piste. Rob, qui ralentissait pour se ranger derrière elle puisqu’il était leader, a été invité à plusieurs reprises à la dépasser par des signes de la main. Une douzaine de voitures furent dans le cas. Moi, quand je suis allé à la direction de course, les images qu’ils m’ont montrées n’étaient pas claires du tout; il faisait déjà noir sur le circuit… Toujours est-il qu’on a écopé d’un ‘drive through’ alors qu’on était en lutte pour la 1ère place… »

    Une heure plus tard, Vincent Radermecker venait de prendre le relais du Britannique quand une sortie de piste de la voiture en tête lui rendait les rênes de l’épreuve… Avec un tour d’avance sur les 2e, les jeux n’étaient pas encore faits. Les nerfs du Volvo S60 Racing Team furent soumis à rude épreuve jusqu’au drapeau à damier. En cause, une énième safety-car qui, à trente minutes du but, regroupait le peloton. Et permettait au dernier adversaire de la Volvo de la gober à deux petits tours de l’arrivée…

    « On était déjà super heureux de se retrouver en tête après trois heures de course, grâce à un bon coup stratégique, commentait Eric van de Poele, l’auteur du dernier relais. A mi-épreuve, on était ravi d’être 2e. On a cru à la victoire et, finalement, on termine 2e. Si on nous l’avait dit avant le départ, on aurait signé à deux mains et je me dois de féliciter et remercier chaleureusement toute l’équipe du Volvo S60 Racing car, après des essais contrariés, nous avons vécu une course sans le moindre pépin mécanique. Ce que cette Volvo S60 a montré à Spa est très prometteur pour la suite. Et je me suis vraiment régalé à son volant, notamment dans le Raidillon, passé plusieurs fois à fond.»

    Après trente minutes d’angoisse devant les moniteurs du stand, Vincent Radermecker n’aurait pu cacher sa désillusion: « C’est la plus grande déception de toute ma carrière. Avoir la victoire à portée de capot et voir tout s’écrouler dans les dernières minutes par le fait d’une safety-car, ce n’est pas facile à digérer. D’autant que notre voiture n’avait cessé de nous réserver de belles surprises tout au long des 12 Heures : elle allait de mieux en mieux, était de plus en plus équilibrée, de plus en plus sympa à piloter. Il n’était pas facile d’arriver au bout de cette course sans encombre : la nuit, surtout, les trajectoires incertaines de quelques voitures rendaient nos relais vraiment périlleux. J’ai dû passer plusieurs fois dans l’herbe pour éviter l’accrochage et me suis fait plusieurs grosses frayeurs. Ce n’était presque rien, finalement, à côté du stress vécu ensuite dans le stand… »

    Décu, Rob Huff n’avait pas pour autant éteint son sourire enthousiaste : « Je suis un peu déçu, oui, car une telle situation est très frustrante mais, en même temps, notre adversaire était intrinsèquement plus rapide que notre jeune Volvo et nous finissons 2e après être partis de la 5e place. C’est une belle réussite que cette S60 avec laquelle j’ai adoré disputer ces 12 Heures de Spa. C’était une course, disons… très spéciale… »

    « Terminer, c’est exceptionnel pour cette Volvo S60 qui n’avait jamais roulé 12 heures, jamais roulé de nuit, confirmait pour sa part Thomas Néri. Et en plus sur le podium… Il faut reconnaître qu’on n’osait à peine l’espérer en arrivant ici, étant donné la jeunesse de la voiture et les interrogations qui planaient sur sa fiabilité. Les safety-cars n’étaient pas dans notre camp ce samedi mais il faut aussi saluer le remarquable travail de nos adversaires. Ce résultat est de tout bon augure pour la suite et c’est ce que nous devons retenir de cette mémorable édition des 12 Heures de Spa. Nous ne sommes qu’au tout début du développement de la Volvo S60. »

    Le Volvo S60 Racing se souviendra longtemps de ces 12 Heures de Spa qui l’ont vue jouer et croire à la victoire jusqu'aux cinq dernières minutes d’un sprint haletant. Au-delà du rêve caressé du bout des ailes, cette 2e place reflète l’immense potentiel de la Volvo S60 pilotée de mains de maîtres par Eric van de Poele, Vincent Radermecker et Rob Huff.
    Retour