Design

Carnet du designer

Inspiré par les univers créatifs des films de science-fiction, influencé par la Suède et poussé à créer quelque chose de différent, Ian Kettle – designer extérieur en chef du Volvo XC40 – explique le processus de réflexion qui a porté sa vision.

INTERVIEW PAR IAN DICKSON, OCTOBRE 2017

Rencontrez Ian Kettle

« Enfant, j'adorais dessiner. Je dessinais des voitures et mon père m'a dit ‘tu pourrais faire ça comme travail’. Si bien que j'ai su ce que je voulais faire à l'âge de sept ans environ. Il faut évidemment avoir un bon coup de crayon pour être dessinateur automobile, et bien visualiser les formes en 3D. Mais plus important encore, il faut trouver des solutions créatives sur le plan technique, concevoir ses propres solutions face aux problèmes et être capable de comprendre que vous créez pour vos clients. C'est la compétence principale. Le processus de design débute par un concours interne. Huit dossiers ont été proposés et le mien a été choisi pour la Volvo XC40. La compétition est saine pour une marque. Elle nous tire vers le haut. Elle force les gens à penser différemment et à mieux travailler. »

Mon processus de design

« Mon travail commence toujours par des mots. Je débute le processus créatif en rédigeant le message que je veux faire passer à travers le produit, les relations que je veux établir avec la société et comment cela correspond à la vision de Volvo Cars. En quelques mots seulement, l'équipe de design extérieur et moi-même pouvons ainsi établir un socle solide. Dans le cas de la Volvo XC40, cette phrase était ‘Robot dur à cuire’.

« J'ai utilisé le surnom Robot dur à cuire depuis le premier jour. Il définissait la globalité du produit. Sa posture, sa surface, son esprit espiègle. Ce surnom représentait le produit que je voulais créer pour la ville. Une fois ces mots clés rédigés, j'ai commencé à chercher des influences. J'ai cherché des images de ce que serait mon Robot dur à cuire et de ce à quoi je voulais qu'il ressemble. Puis j'ai commencé à dessiner et visualiser ces idées, en essayant de traduire ces caractéristiques sur un véhicule. La créativité consiste à combiner deux idées qui n'ont pas de lien l'une avec l'autre.

« Le processus créatif et le développement projet ont besoin de ces fondations pour donner des points d'ancrage au reste de l'équipe design – dans ce cas, Robot dur à cuire. Quand par la suite, on reçoit trois ou quatre propositions différentes pour un feu antibrouillard, par exemple, c'est plus facile de choisir en gardant le cap du Robot dur à cuire.

Influence et inspiration

« La première phase du processus était inspirée par l'agence de design produit IDEO, qui a inventé la première souris Apple. Quand j'étais à l'université, mes amis et moi avons été invités à un atelier organisé dans le studio d'IDEO à Londres. Ils nous ont expliqué comment ils abordaient des problèmes complexes pour les rendre simples. Ils commencent par un travail de recherche pour comprendre les personnes qui vont utiliser le produit. Une fois ces réflexions terminées, ils les notent sur des Post-It et commencent à les organiser pour créer un schéma, une histoire ou une série.

« Pour moi, le moment idéal pour ce travail de réflexion est le soir, assis à ma table de cuisine, avec un peu de musique. Il faut être dans un certain état d'esprit. On ne peut pas faire ça en pleine journée. Comme beaucoup d'autres personnes créatives, je me concentre mieux quand je suis un peu fatigué. Il faut d'abord que la vaisselle soit faite, que les e-mails soient envoyés. Votre esprit doit être libre. »

« Plusieurs livres sur le processus créatif de Paul Arden m'influencent énormément, aujourd'hui encore. Il s'agit de Vous pouvez être ce que vous voulez être ou Quoi que vous pensiez, pensez le contraire. Ce sont des petits livres, au format de poche, que vous pouvez lire en une demi-heure, car chaque page comporte une seule phrase. Paul était à l'époque directeur créatif d'une agence de publicité internationale et son livre regorge de conseils créatifs précieux, comme ‘On a raison d'avoir tort’. Cela m'est resté toute ma carrière.

« La première influence pour cette voiture m'est venue de deux films de science-fiction. Le premier a été Elysium, avec Matt Damon. Les robots dans ce film étaient conçus dans un style complètement différent des autres films actuels et ils m'ont beaucoup influencé. L'autre film a été Oblivion, avec Tom Cruise, dans lequel on voyait des véhicules vraiment intéressants et magnifiquement conçus par Daniel Simon, qui fut un temps designer automobile et vit aujourd'hui à Hollywood.

« Et comme influences plus larges, la Suède est une grande source d'inspiration. Je pratique beaucoup de sports d'extérieur depuis que je vis ici, mais mon influence la plus grande, en tant que designer, est le comportement de la société. Ici, tout le monde est sur un pied d'égalité. Les Suédois ne semblent pas être retenus par les traditions. Cela se voit dans leur attitude face à la technologie. Depuis de nombreuses années, les Suédois disposent de la meilleure couverture 3G, car ils s'y sont très vite adaptés. La Suède est également l'une des premières sociétés sans argent liquide. Les Suédois sont tellement ouverts aux changements. C'est un pays vraiment progressif. Et en tant que personne créative, vous êtes forcément impacté par cette ouverture d'esprit, car vous êtes encouragé à faire les choses différemment.

« Les designers automobiles conçoivent souvent des produits à leur image. C'est aussi vrai dans la Volvo XC40. J'aime les grandes surfaces nues qui transmettent un sentiment de calme et de confiance envers le produit. Si vous regardez un MacBook ou un iPad d'Apple, très peu de lignes viennent rompre la surface. Le produit séduit de manière très intelligente, avec un design épuré qui suggère qu'il va vous faciliter la vie – ce qui est exactement la vision de la Volvo XC40. »