Voitures et accessoires

Un saut dans l’inconnu

Eric Börjeson est l’un des caméramans sous-marins suédois les plus expérimentés. Sa recherche de la prise parfaite l’emmène aux quatre coins du monde. Mais son plus grand frisson, c’est de sauter dans l’inconnu.

Kenneth Anderson

La vie aquatique

Pendant sa jeunesse, Eric Börjeson était entouré de bouteilles de plongée, de caméras sous-marines et d’objets exotiques récupérés au fond de la mer. Une année, pendant des vacances en famille, le père d’Eric a attaché une bouteille de plongée dans le dos d’Eric, a placé un masque de plongée sur sa tête et a encouragé son fils de dix ans à s’aventurer au fond de la mer aussi longtemps qu’il le souhaitait. Au premier regard, cela pourrait sembler peu conventionnel, voire dangereux. Mais quand on sait que le père d’Eric était le réalisateur sous-marin avant-gardiste Bengt Börjeson – un homme souvent considéré comme le Jacques Cousteau suédois – cela ne parait pas du tout étrange. En fait, c’était parfaitement naturel.

« Pour moi, apprendre à plonger, c’était aussi naturel qu’apprendre à rouler à vélo », explique Eric. « Quand j’étais enfant, une part importante de la vie familiale tournait autour de la plongée. Ce n’était donc pas un hobby, mais un style de vie. » Eric peine à situer le moment exact où il a commencé à s’intéresser à la plongée. Mais il ne fait aucun doute que son père l’a inspiré à faire le grand saut et à embrasser la vie aquatique.

L’inspiration commence à la maison

« Au début des années 1950, mon père a créé le premier club de plongée suédois à Göteborg. Ensuite, en 1955, armé de sa caméra sous-marine faite maison, il a embarqué dans un bateau de pêche rénové pour aller filmer les récifs coralliens de la mer Rouge – il s’agissait seulement de la troisième équipe à le faire. Plus tard dans sa carrière, il a participé au sauvetage Vasa, un bateau de guerre suédois naufragé du 17e siècle, à Stockholm. Une opération filmée par ses soins. Les aventures de mon père m’ont inspiré et ont nourri mon imagination. »

Quand l’heure est venue pour le jeune Eric de prendre ses premiers cours de plongée, il a enfilé la vieille tenue de son père. L’instructeur n’avait jamais vu plonger quelqu’un comme ça et ne pouvait que s'étonner. Outre le fait de porter l’équipement pas très conventionnel de son père, Eric n’avait jamais rien lu sur la théorie de la plongée. Mais quand quelque chose semble si naturel, à quoi bon ?

« La plongée n’a jamais été un hobby pour moi. C’est un mode de vie. »

Eric Börjeson

caméraman sous-marin

Perpétuer la tradition familiale

En 1984, les parents d’Eric ont déménagé en Espagne. Eric a cependant décidé de rester en Suède et de poursuivre l'œuvre de son père. Deux ans plus tard, il filmait sa première scène sous-marine pour un court métrage suédois. À présent, Eric a tourné des scènes sous-marines pour plus de 200 documentaires, longs métrages et publicités. Mais de tous les films qu’il a réalisés au long de ses 30 ans de carrière, il y en a un qui lui tient particulièrement à cœur.

« De tous les films auxquels j’ai participé, le plus important pour moi est Océans », souligne Eric. Océans est un documentaire français réalisé pour le cinéma. Le tournage a duré cinq ans et s’est déroulé sur 52 sites différents dans le monde entier. « Ce film était un voyage entrepris en compagnie des animaux marins. Il s’agissait d’un projet extrêmement ambitieux. Pour nous rapprocher des animaux, nous avons dû construire de nouveaux types de caméras, de grues et de plateformes. En fait, pour presque chaque scène, il a fallu inventer une nouvelle technique afin de saisir des images qui n’avaient jamais été utilisées auparavant. » La capacité de créer de nouveaux équipements ou de modifier le matériel existant afin de réaliser les meilleures prises possible est un talent qu’Eric a hérité de son père. Et cette faculté a été réellement mise à l’épreuve lors du tournage d’Océans.

Ce travail acharné et ces procédés innovants ont permis de créer un film unique, où la sensation d’accompagner les animaux était plus importante que le document. Pour un documentaire sur la nature, Océans constituait une œuvre artistique inhabituelle. Il a également donné à Eric l’occasion de travailler avec quelques membres de l’équipage légendaire de Jacques Cousteau. Ce n’est pas étonnant que ce film lui tienne autant à cœur.

Une profonde responsabilité

À 53 ans, Eric a consacré la majeure partie de sa vie à l’exploration des mystères de profondeurs. Mais que la vie sous-marine cache-t-elle de si fascinant ? « Il y a encore tant à explorer », déclare-t-il. « La mer est une source intarissable d’inspiration et de curiosité. Le silence que l’on y retrouve a aussi quelque chose de très émouvant. »

Avec ses films, Eric tente de partager le potentiel inexploré de la mer et la façon dont elle peut être utilisée pour le bien de la planète. « Les courants océaniques et le mouvement des vagues contiennent de gigantesques ressources d’énergie. Je pense qu’il est important de parler de ces possibilités et d’expliquer ce que nous avons à gagner en exploitant correctement cette énergie. »

Malheureusement, la pollution et les effets du réchauffement climatique se font tout autant ressentir sur la mer que sur la terre ferme. Eric en est un témoin direct. « J’ai vu des choses pétrifiantes en mer », ajoute Eric. « D’énormes îles flottantes de déchets plastiques, la surexploitation de récifs coralliens, des requins massacrés pour leurs ailerons, le fond marin détruit par la pêche au chalut, et bien plus encore.

Mais avec un peu plus d’informations, je pense que nous pouvons changer nos habitudes. Nous pouvons pêcher de manière plus durable, et réduire nos émissions avant qu’il ne soit trop tard. Je pense que nous commençons seulement à nous rendre compte de l’importance de la mer pour nous. »

Explorer l’inconnu

Des expériences qui perdurent

La mer est certainement importante pour Eric. Après tous les endroits exotiques qu’il a explorés et tout ce qu’il a accompli, y a-t-il un lieu particulier qui restera gravé dans sa mémoire ? « Sans aucun doute, mon endroit préféré est la Terre-Adélie, en Antarctique. La mer y est cristalline et remplie d’icebergs énormes. Plonger et suivre les icebergs qui s’enfoncent plusieurs centaines de mètres en dessous de la surface, c’est l’expérience ultime pour un photographe sous-marin. »

Mais Eric ne pense pas que la plongée doit être une activité exclusive. En fait, il estime que les expériences et les aventures qu’il vit sont à la portée de tout le monde – il faut juste savoir où regarder.

« Il n’est pas nécessaire de voyager loin pour être fasciné par la nature ou les mystères des abysses. J’aime montrer aux gens les merveilles qui se trouvent juste en face d’eux. »

Optimisée pour l’aventure

La nouvelle V90 Cross Country Volvo Ocean Race

La Volvo Ocean Race est l’épreuve de voile ultime où des équipages intrépides s’affrontent dans des conditions extrêmes. La nouvelle Volvo V90 Cross Country Volvo Ocean Race partage la même nature aventurière et le même esprit pionnier. Avec sa combinaison unique de fonctionnalité robuste et de luxe désirable, la V90 Cross Country Volvo Ocean Race possède tout ce qu’il faut pour emmener votre sens de l’aventure sur un nouveau terrain passionnant.

  • Compartiment de chargement

    Le compartiment de chargement spacieux de la V90 Cross Country Volvo Ocean Race est conçu pour l’aventurier moderne. Outre deux ports USB et une prise 12 V, il est équipé d’une torche antichoc imperméable fixée à l’arrière et d’une lumière LED intégrée dans le hayon. Il est également pourvu d’un tapis imperméable, d’une protection pour les pare-chocs et de filets de rangement au sol et sur les côtés.

  • Housse de siège protectrice

    Les sièges avant sont dotés de housses protectrices pour vous permettre de monter à bord sans vous inquiéter de la saleté de votre équipement. Faciles à installer et à retirer, ces housses de siège sont résistantes et réversibles, avec un côté en textile NeoNova et l’autre en vinyle laminé, offrant une protection maximale contre l’humidité. Vous pouvez choisir le côté que vous utilisez selon le niveau de protection requis.

  • Sol du compartiment de chargement

    Inspiré par le pont des yachts de luxe, le sol du compartiment de chargement de la V90 Cross Country Volvo Ocean Race est conçu à partir d’un matériau similaire au teck, qui allie esthétique, durabilité et imperméabilité. Pour apporter une touche de design supplémentaire, le sol est incrusté de bandes métalliques, qui lui confèrent un aspect moderne et high-tech. Pour une protection supérieure, un tapis de sol imperméable translucide est inclus.