Design

L’art souterrain du métro de Stockholm

Volvo crée des voitures qui sont aussi agréables à conduire qu’à regarder. Pour y parvenir, Volvo pousse ses voitures jusqu’à leurs ultimes limites – de la chaleur du désert au froid extrême du cercle arctique.

BY ANTHONY TEASDALE

La Volvo XC60: une œuvre d’art

Les systèmes de métro – et les designs qui leur sont associés – ont toujours fait figure d’ambassadeurs de marques pour les grandes villes: à l’instar de la célèbre carte du métro de Londres, les magnifiques bouches de métro Art nouveau de Paris ou le réseau moscovite d’immenses stations, richement ornées. Mais Stockholm va encore plus loin dans l’aspect artistique du transport.

Surnommée «galerie artistique la plus longue du monde», le Tunnelbanna (ou T-bana) abrite des œuvres d’art dans 94 de ses 100 stations, une initiative qui a vu le jour en 1957. C’est donc la raison pour laquelle nous allons explorer le métro tôt ce dimanche matin.

Le Tunnelbanna compte actuellement trois lignes qui sont en service – la rouge, la verte et la bleue – et qui véhiculent 900 000 personnes dans toute la ville chaque jour. La Ligne bleue est toutefois celle où l’on trouve les choses les plus spectaculaires. Construite entre 20 et 30 mètres sous la terre dans les années 70, chaque station, à l’exception d’une d’entre elles, expose des morceaux de la roche dans laquelle la ligne a été creusée. Cela constitue une incroyable toile sur laquelle les artistes peuvent travailler. Comme nous sommes stationnés à 50 km au nord de Stockholm, la première partie de notre voyage se fait dans une agréable Volvo XC60, que nous conduisons jusqu’au premier arrêt de la Ligne bleue, Hjulsta. Détendu après ce paisible voyage, nous garons la voiture et descendons dans la station de métro.

Notre première destination souterraine est en fait la plus éloignée, Kungsträdgården, dans le quartier de shopping de Norrmalm. Ouverte en 1977, la station Kungsträdgården (littéralement «le jardin du roi») a été transformée par l’artiste Ulrik Samuelson en caverne d’Ali Baba, avec des trésors, des peintures murales et des sculptures. Comprenant des fragments des nombreux immeubles détruits durant la modernisation très controversée de Stockholm dans les années 60 et 70, on peut y voir énormément de curiosités, des colonnes doriques des ruines du Musée national des Beaux-arts suédois (Nationalmuseum) au carrelage de sol multicolore du Palais Makalös qui se tenait là autrefois.

La station de métro Kungsträdgården sur la Ligne verte du T-Bana de Stockholm
La station de métro Kungsträdgården sur la Ligne verte du T-Bana de Stockholm
La station de métro Kungsträdgården sur la Ligne verte du T-Bana de Stockholm
La station de métro Kungsträdgården sur la Ligne verte du T-Bana de Stockholm

1/5

Les parois rocheuses exposées sont peintes en vert vif dans certaines zones et recouvertes d’un quadrillage «arlequin» noir et blanc dans d’autres. C’est comme un retour aux années 70, mais sans les favoris et les services à fondue.

Marie Andersson, qui est guide artistique du T-bana depuis 20 ans, a une prédilection pour cet endroit. «Pour ma part, Kungsträdgården est la station la plus spectaculaire», dit-elle. «Elle réunit art, architecture, humour et histoire, un métissage des histoires passées et présentes du parc situé au-dessus.»

Un des arrêts de Kungsträdgården s’appelle T-Centralen, la principale plateforme du réseau par laquelle passent toutes les lignes. Là, tout est très différent. Il s’agit de l’œuvre de l’artiste Per Olov Ultvedt: tout est en bleu et blanc, avec des silhouettes d’arbres et d’ouvriers participant à la construction du T-bana, peintes sur les murs. Cela confère à l’espace une sensation de calme, et plus particulièrement en ce dimanche matin si tranquille. Pour Marie Andersson, tout est là.

«Le métro est un endroit où la plupart des gens sont présents physiquement, mais mentalement, ils sont ailleurs», explique-t-elle. «Avec mes visites guidées, je veux donner aux gens la possibilité d’être réellement présents dans cet environnement très normal et de découvrir ce qu’ils auraient pu manquer tandis qu’ils réfléchissaient à la sortie qu’ils devaient prendre.»

La nouvelle Volvo XC60 roule le long d’un tronçon de métro aérien.

Marie a raison. Circuler au cœur de ce système sans but précis nous permet d’apprécier les environs et de ne pas nous arrêter uniquement aux œuvres d’art, mais au métro proprement dit. Lorsque nous arrivons à la station Stadion de la Ligne rouge, nous partons immédiatement à sa découverte, en admirant de toutes parts ses murs bleu vif ainsi que l’arc-en-ciel commémorant les Jeux olympiques de 1912 qui se sont déroulés à Stockholm, peint sur le plafond.

Avec une population de deux millions d’habitants dans l’agglomération de Stockholm, le métro continuera à s’étendre dans les années à venir. La Ligne bleue sera prolongée à ses deux extrémités, tandis que deux nouvelles lignes seront construites par ailleurs. Et l’art continuera d’éclairer la vie des pendulaires et visiteurs, une œuvre artistique en perpétuel développement, accessible à tout un chacun.

C’est avec cette pensée que nous terminons notre excursion et retournons à notre point de départ à Hjulsta. De retour dans le confort de la XC60 et en nous éloignons de Stockholm en direction du nord, nous retrouvons un nouveau plaisir à la fois de la voiture et de la conduite proprement dite. Bien entendu, nous avons une destination, mais pour l’instant, nous ne faisons que nous déplacer, en appréciant la nature changeante de la campagne suédoise. C’est cela, le pouvoir de l’art.