Propriété

L’usine Volvo

Elle mesure plus d’un kilomètre de long – avec un corridor sur toute la longueur – et plus de 6500 personnes y travaillent. Chaque jour, quelque 1200 voitures sortent de l’usine pour être mises en circulation, et chacune d’entre elles est fabriquée sur commande.

Matt O'Leary

La touche humaine

Une visite de l’usine Volvo Cars dans la ville natale de l’entreprise, Göteborg, donne un réel aperçu de la qualité, du soin, du travail d’équipe, de la formation, mais aussi de la fierté que procure un travail bien fait. Nous avons suivi la ligne de production, exploré la façon de travailler de Volvo et découvert comment la voiture que vous aimez prend forme sur les convoyeurs.

L’usine de Volvo Cars à Göteborg témoigne de façon impressionnante de l’importance d’un planning méticuleux et d’une ingénierie à grande échelle.
 En passant une journée au sein de l’usine, on se rend compte de la façon dont votre voiture prend forme, à partir d’un rouleau de tôle et d’une collection de pièces éparpillées dans quelques entrepôts géants. Mais on y apprend aussi beaucoup de choses sur le travail d’équipe, la formation, l’expérience et la culture de travail qui ont permis de dynamiser la ville et de lui apporter un élément de fierté supplémentaire.

Dans les vastes bâtiments abritant les lignes de production et les ateliers, vous trouverez des restaurants, des cafés, des ateliers et des bureaux. Et surtout, des groupes de personnes. La touche humaine est extrêmement importante lorsqu’il s’agit de construire la voiture parfaite. Que ce soit pour commander les machines ou réaliser les travaux de détail, les personnes qui travaillent là ont pour mission de vérifier et surveiller la qualité du travail et des voitures. 

Questions de pressage

L’atelier de pressage est l’endroit le plus bruyant et le plus «industriel» de l’usine. Ici, de gigantesques rouleaux de tôles tranchantes, pesant jusqu’à 20 tonnes, sont déroulés, coupés et pressés pour être mis en forme. 
Il y a aussi toujours une équipe qui non seulement s’assure que les processus se déroulent correctement, mais vérifie aussi les panneaux, résorbe toutes les imperfections et effectue le travail méticuleux que les machines ne sont pas capables de faire.


C’est à ce niveau qu’on se rend compte de la façon de travailler de Volvo, selon le principe «Chacun donne le maximum» – c’est-à-dire que chaque ouvrier ne transmet une pièce au suivant ou ne termine une tâche que lorsqu’il est certain que tout est complet et prêt, et que tout a été fait dans les meilleures conditions. Les pièces passent ensuite dans l’atelier de carrosserie, après que le contrôle de qualité personnel a été coché.

 

Travail de carrosserie

Des robots soudeurs, des engins guidés automatiquement et des bras mécaniques assemblent les pièces pour former des carrosseries de voiture complètes. Les personnes qui travaillent ici effectuent des tâches minutieuses comme la soudure par point et le contrôle de qualité, mais le levage des pièces lourdes est effectué par des machines. Dans cette partie de l’usine, chaque voiture est personnalisée sous la forme d’une carte RFID qui indique la couleur que la voiture doit avoir ainsi que son équipement. C’est là que naît le sentiment de «réalisation sur commande» qui caractérise le reste de la ligne de production.

 

Peinture noire

L’atmosphère au sein de l’atelier de peinture est propre et, dans certaines zones, plus calme que l’on ne pourrait l’attendre d’une usine. Ici, le châssis est plongé dans un long bain chimique qui ressemble à la fois à un lavage de voiture et à un tour de montagnes russes. Une fois sec, le châssis passe dans un vaste entrepôt bien éclairé, où des joints sont ajoutés à la main. Pour finir, il est peint, à la fois par des robots aérographes qui recouvrent la masse et à la main.

Assemblage de l’ensemble

Le châssis peint poursuit son périple sur la ligne d’assemblage et, dans l’une des sections les plus impressionnantes de l’usine, est assemblé mécaniquement à la base de la voiture, à l’endroit appelé le «point de mariage». À partir de là, tout est entre les mains des employés de la chaîne.

Tandis que la voiture traverse ainsi l’usine, tout y est progressivement ajouté, des roues aux rétroviseurs extérieurs. Et là encore, ce sont des robots qui effectuent les tâches lourdes. Il y a quelque chose de plaisant à regarder un gracieux bras mécanique mettre en place un tableau de bord ou des fenêtres en quelques secondes. Mais c’est en voyant la multitude de personnes qui interviennent tout au long de ce processus, vérifiant que tout est sûr et parfait, que l’on comprend tout le soin et l’attention qu’il faut apporter à la fabrication de chaque voiture.

Et observer les contrôles finaux – lors desquels des personnes s’assoient sur les sièges, font courir leurs mains le long des lignes, vérifient les rétroviseurs et testent les ceintures de sécurité – suffit pour susciter un sentiment de réelle anticipation et d’impatience. Mais plus que tout, cela vous donne l’impression durable que, malgré les milliers de robots et de machines qui contribuent aux levages lourds et à une efficience extrême, ces voitures sont réellement faites par des êtres humains.

 

«Nous fournissons un travail aussi efficient que possible, que nous compensons par une efficience au niveau des coûts et par la qualité.»

 

ANNELI ERICSSON

Communication Manager VCT Volvo Cars

En direct des ateliers

Anneli Ericsson connaît l’usine de Göteborg par cœur. Elle y est en charge de la communication et passe donc beaucoup de temps à y guider les gens: elle leur présente le personnel, organise des rencontres, répond aux questions et fournit des renseignements concrets.

Et en retour, il semble que tout le monde ici la connaît. Quel que soit l’endroit de l’usine où vous vous trouvez, Anneli est capable de vous présenter la personne qui pourra vous apporter la réponse à vos questions. Elle a consacré un moment de sa journée à nous expliquer ce qui rend le travail dans l’usine si spécial.

Comment est-ce de travailler dans l’usine de Göteborg?

De nombreuses personnes apprécient beaucoup d’y travailler: si vous parlez avec les gens qui y travaillent, vous constatez qu’ils aiment Volvo, qu’ils aiment Volvo Cars et qu’ils sont fiers de travailler ici. C’est un bon endroit pour travailler et Volvo est un bon employeur. De plus, vous pouvez y faire carrière: vous pouvez y entrer en tant qu’étudiant, puis devenir employé à plein temps, superviseur, et être promu pour travailler avec des technologies spéciales ou ce que vous voulez d’autre.

Cette usine a-t-elle quelque chose d’unique?

Certes, elle est vieille, mais elle a été construite pratiquement en même temps que notre usine de Gand. Elle est toutefois basée à Göteborg, là où est née l’entreprise.

Comment les gens travaillent-ils ici?

Nous fournissons un travail aussi efficient que possible, que nous compensons par une efficience au niveau des coûts et par la qualité. Les gens sont réellement fiers des voitures que nous construisons ici. Et celles-ci ne cessent de s’améliorer: elles sont belles, bien conçues et particulières. Nous sommes très fiers d’avoir travaillé dessus.

La main-d’œuvre de Volvo Cars est vraiment internationale et inclusive, tant de manière générale que dans cette usine. Parallèlement, Volvo Cars est une compagnie très suédoise ainsi qu’une marque très suédoise. Y a-t-il quelque chose de particulièrement suédois dans la façon dont les voitures sont fabriquées dans l’usine?

C’est une compagnie centrée sur l’humain, et elle est à l’écoute de toutes les personnes qui travaillent à l’usine. Nous essayons d’améliorer leurs conditions de travail en matière d’ergonomie. Nous impliquons tous les employés dans les tâches à réaliser et dans les décisions. Je pense qu’il s’agit là d’une façon de faire typiquement suédoise – chercher le consensus et impliquer tout le monde.

 

Et puis il y a aussi la perspective environnementale, par laquelle nous essayons de recycler tous les déchets produits. La plupart des visiteurs de notre usine remarquent combien elle est propre.
Je ne sais pas avec certitude ce qu’ils attendent d’une usine, mais c’est une remarque que nous entendons souvent.

BY ANTHONY TEASDALE

Le public montre-t-il un grand intérêt pour ce qui se passe à l’intérieur de l’usine?

Oui: si vous discutez avec le centre de visiteurs, vous aurez l’impression qu’ils pourraient organiser une visite de l’usine tous les quarts d’heure ou presque.

Quels sont les événements agréables qui se produisent ici?

L’année dernière, nous avons été récompensés pour la qualité suédoise (le prix Utmärkelsen Svensk Kvalitet) et c’est le roi en personne qui est venu à l’usine pour nous remettre le prix. Nous avons organisé une visite spécialement pour lui, puis il y a eu une cérémonie et un lunch avec lui et quelques invités. La pop star Sabina Ddumba a aussi donné un concert à l’heure du lunch en fin d’année dernière. Vous verrez souvent des gens en train de filmer dans l’usine, ce qui est souvent très amusant. À la fin de l’été dernier, Zlatan Ibrahimović est venu passer du temps avec le personnel – ce fut un grand moment.