STYLE DE VIE

XC90 sur la piste des pionniers de la Nouvelle-Angleterre

Lorsque le Mayflower accosta sur les côtes du Massachusetts en 1620, ses passagers débarquèrent, déterminés à bâtir un monde nouveau. Quatre cents ans plus tard, la Nouvelle-Angleterre, historiquement réputée pour son esprit novateur et pionnier, confirme plus que jamais ces qualités.

TEXTE: STEPHEN WORTHY | PHOTOS: ANDREW SHAYLOR

Boston: où l’histoire de l’Amérique continue d’être écrite depuis 400 ans

En novembre 2020, les Américains célèbreront l’arrivée du célèbre Mayflower qui, il y a 400 ans, aperçut les premières côtes au large de Cape Cod, à 80 km au sud de l’actuelle ville de Boston. Le voilier à gréement aurique de 180 tonneaux avait quitté le sud-ouest de l’Angleterre en septembre 1620, avec à son bord un peu plus de 130 passagers et membres d’équipage, unis par la vision collective de bâtir un monde nouveau. Une «nouvelle» Angleterre.

C’est de là que l’Amérique moderne tient ses racines. Aujourd’hui, la Nouvelle-Angleterre est fière de son histoire et de son esprit pionnier et novateur. Ce sont ces deux facettes de cette région captivante – un passé fascinant et une réputation de modernité en tant que plateforme technologique internationale – qui en font un lieu si passionnant à explorer au volant de la nouvelle Volvo XC90.

Boston: ville natale de l’actuelle société connectée


Nous démarrons sous un ciel gris ardoise dans les rues de l’historique Boston. Cette ville accueille certaines des hautes écoles et universités les plus prestigieuses au monde. Les recherches menées dans des établissements tels que le Massachusetts Institute of Technology (MIT «Institut de technologie du Massachusetts») et l’université de Harvard, tout particulièrement dans les domaines de la biotechnologie, des transports et de la robotique, contribuent à forger l’avenir de la planète tout entière...et au-delà.

Boston a été élue l’une des villes les plus piétonnes de l’Amérique, mais un jour tel que celui-ci, vous vous estimez heureux d’avoir pour compagne la XC90 T8 Twin Engine et son caractère à la fois raffiné et puissant. Dans le confort de l’habitacle, on accède facilement à sa technologie intuitive. Sur simple pression d’un bouton situé sur le volant, nous pouvons programmer notre destination tout simplement à l’aide de la commande vocale du système de navigation Sensus. Inutile d’apprendre des commandes, il nous suffit de dire «Rogers Building, Massachusetts Avenue,» et nous voilà partis pour explorer le MIT.

Notre itinéraire nous fait passer devant le Symphony Hall de style Renaissance et traverser le pont sur la rivière Charles. Ici, ce sont les brownstones (maisons construites en grès rouge) qui prédominent dans l’architecture. Exemple particulièrement élégant, leurs baies vitrées saillantes en cuivre, verdies par l’oxydation et adjacentes à la rivière, font de leur mieux pour être belles malgré le temps.

De l’autre côté du pont à Cambridge, l’attention se détourne des commerces au profit du monde universitaire, là où les travaux des laboratoires de recherche pionniers des universités de Boston métamorphosent notre monde. Facebook et le World Wide Web sont nés dans ces rues. Après avoir trouvé une place de stationnement, nous engageons le Park Assist Pilot qui nous aide à nous garer, la XC90 se servant de la technologie de capteurs et de caméras pour nous permettre de nous garer en mode mains libres – nous n’avons à agir que sur les freins. Au-delà de l’imposante colonnade du Rogers Building sur Massachusetts Avenue, se trouve le Senseable City Lab.

Nous rencontrons le professeur Carlo Ratti qui, avec son équipe de designers, de planificateurs, de chercheurs en sciences sociales et d’ingénieurs, cherche comment améliorer la vie future dans nos villes. Ils sont en train de développer un bateau autonome. Actuellement testé à Amsterdam, il peut être construit avec une imprimante 3D et peut être utilisé comme taxi, servir à collecter des déchets, ou même devenir une scène flottante si l’on en réunit plusieurs. C’est un remarquable exemple de synergie technologique entre le nouveau et l’ancien.

Le centre du Massachusetts: un voyage dans le temps

Le matin suivant, nous prenons l’autoroute à péage I-90, direction ouest vers le centre du Massachusetts. Septembre tire à sa fin et les feuilles des arbres qui montent la garde le long de l’autoroute – érables, hêtres et frênes – commencent à changer de couleur. Dans un mois, les automobilistes seront accueillis sur cette route par une somptueuse mosaïque de teintes automnales qui attire des visiteurs du monde entier.

L’autoroute américaine typique est longue et droite, c’est le genre de route qui prédispose certains conducteurs à l’inattention. Dans la XC90, le Pilot Assist contribue à rendre moins fatigante la conduite dans le trafic dense, en nous gardant au centre de notre voie, à une vitesse et une distance programmées par rapport au véhicule qui nous précède. Une légère vibration dans le volant nous informe lorsque la technologie est active. Et désormais, avec l’ajout de la technologie Curve Speed Adaptation, notre XC90 est en mesure d’exploiter les données de cartes pour adapter la vitesse, afin de négocier les virages de manière plus confortable et plus sécurisée.

Une fois passé le péage, nous découvrons un paysage de collines ondulées, des églises magnifiquement préservées et des vaches ruminant paisiblement dans les prés. Nous avons aussi rendez-vous avec l’un des paysages phare de la région. Les ponts couverts ne sont pas l’apanage de la Nouvelle-Angleterre – on en trouve même en Chine – mais dans cette région, ils font partie du paysage. Construit en 1886, le Ware/Hardwick Covered Bridge dans le village de Gilbertville en est un exemple particulièrement beau. Le pont enjambe les eaux légèrement bouillonnantes de la rivière Ware. Surplombé d’un toit vert à pignon, il est constitué de lattes verticales en bois dans lesquelles s’encastre un joli treillis.

La théorie sur les ponts couverts est simple. Ici, le climat est rigoureux – à tel point que les ponts en bois non couverts durent moins d’une décennie. Celui-ci, à Gilbertville, résiste depuis plus de 130 ans. Il nous rappelle que l’innovation technologique n’a nul besoin d’être complexe pour être efficace et qu’elle ne devrait pas être considérée simplement à travers le prisme d’un monde bâti sur la puce en silicium.

Nous nous arrêtons pour le repas de midi non loin de là, à Northampton, une ville universitaire effervescente entourée de collines richement arborées. C’est un lieu qui, lors de notre visite, chaloupe au sons de la musique des artistes de rue nombreux en cette chaude soirée d’automne ou de ses multiples salles de concert où tous les goûts semblent représentés. Le Calvin, principal auditorium de la ville – un beau cinéma reconverti – doit son nom à Calvin Coolidge, le 30ème président des États-Unis, qui fit de Northampton sa ville de résidence.

Avant l’arrivée des Européens, la région était peuplée par la tribu amérindienne Pocomtuc, mais bien avant elle, quelque chose de beaucoup plus grand foulait ce sol. En 1836, dans la ville voisine de Holyoke, un professeur d’université de la région fit une découverte majeure sur les rives de la paresseuse et majestueuse rivière Connecticut. La collection d’empreintes fossilisées de dinosaures trouvée par Edward Hitchcock s’est avérée être d’une extrême importance, leur répartition prouvant d’emblée que les animaux se déplaçaient en troupeaux. Vous pouvez toujours les voir de nos jours, scellées pour l’éternité dans le grès.

Rhode Island: le petit état aux grands desseins

Cap au sud-est pour un trajet de 90 minutes en direction de Rhode Island, le plus petit état des USA. En route pour Martha’s Vineyard, nous passons une soirée à Providence, la capitale de l’état. Providence est dominée par son grand Capitole. Achevé en 1904, il possède le quatrième plus grand dôme de marbre autoportant au monde – le Taj Mahal et la Basilique Saint-Pierre de Rome faisant partie des trois premiers. Il brille comme un phare dans la nuit, illuminé par plus de 100 projecteurs.

«La nouvelle Volvo XC90 est équipée d’une sellerie Wool Blend Textile sur mesure. Telle est notre conception du luxe suédois moderne et durable.»

Grâce à la présence de Brown, la prestigieuse université de l’Ivy League et de l’une des plus grandes écoles d’art au monde, la Rhode Island School of Design, la ville baigne dans une ambiance détendue et jeune. Son centre haut en couleurs héberge une scène artistique florissante riche de fières maisons géorgiennes et le Westminster Arcade, premier centre commercial couvert d’Amérique, construit en 1828. À l’aide de l’écran tactile central, nous accédons à Apple CarPlay à la recherche de suggestions et arrêtons notre choix sur The Grange, un restaurant vegan animé situé dans un bâtiment peu élevé des années 20, sur Broadway. Nous découvrons que la ville de Providence est un joyau discret.

Martha’s Vineyard: une sensation d’exclusivité

Le matin suivant, nous repartons dans le Massachusetts, en direction de l’un des lieux de villégiature les plus prestigieux d’Amérique. Longue de 23 miles, Martha’s Vineyard est l’île la plus grande du Massachusetts. Après avoir pris le ferry au départ de Woods Hole sur le continent, vous avez moins l’impression d’arriver sur une petite île, que celle de retourner à une époque plus simple. Les chaînes de restaurants et d’hôtels brillent par leur absence, donnant au lieu l’âme d’un sanctuaire vierge des excès de la modernité.

La douce lumière du bord de mer pénètre par le toit panoramique de la XC90 tandis que nous nous dirigeons vers l’ancienne ville de baleiniers d’Edgartown. Aux XVIIIème et XIXème siècles, la pêche à la baleine était l’une des principales industries de la Nouvelle-Angleterre. Les baleines étaient pêchées surtout pour leur graisse, que l’on transformait en huile pour les phares et les machines qui alimentaient la révolution industrielle. Les capitaines de baleiniers s’enrichissaient ainsi énormément. De nos jours, les grandes demeures qu’ils bâtirent à Edgartown sont les témoins frappants d’un visage très différent de Martha’s Vineyard. L’écrivain Herman Melville visita les lieux dans les années 1840, durant la brève période où il fut baleinier. Ses expériences servirent de base à son roman Moby Dick, l’une des œuvres majeures de la littérature américaine.

Martha’s Vineyard a un tel effet lénifiant sur les résidents et les visiteurs – avec ses plages de sable intactes, ses cottages ornés de casiers à homards et son ambiance bohème et élégante – que lorsque l’on retourne sur le continent en direction du nord vers Boston, le choc de la transition est palpable. Mais sur le trajet qui nous ramène dans la ville, le design épuré de l’habitacle de la XC90 agit comme un filtre et facilite notre réintégration dans la vie urbaine.