La XC90 présente... la sensation de maîtrise

Maria Björler est Product Manager for Advanced Driver Assistance Systems chez Volvo Cars. Lorsqu’elle ne développe pas de nouvelles technologies telles que le dispositif Slippery Road Alert (Alerte route glissante), elle s’entraîne pour des compétitions de triathlon et de swimrun. Voici son histoire.

INTERVIEWS: IAN DICKSON | PHOTOS: JOHAN WEDENSTRÖM

Depuis son plus jeune âge, Maria Björler avait une peur bleue de l’eau libre – chose que l’on ne s’attend pas à entendre d’une athlète de triathlon. «La première fois que je suis entrée dans la mer pour nager, j’étais terrifiée,» dit Maria, Product Manager for Advanced Driver Assistance Systems chez Volvo Cars. «J’ai vraiment cru que j’allais mourir. J’ai nagé 100 mètres en ayant l’impression que je n’avais jamais rien fait d’aussi difficile.»

Pour maîtriser cette peur, Maria a dû s’entraîner à la fois physiquement et mentalement. Même si par moments elle ressent toujours un début d’anxiété, elle dit qu’elle s’est désormais forgé une mentalité qui lui permet de le vaincre. «Cela me donne la force pour continuer,» explique-t-elle. «Je suppose que le besoin de sécurité que je ressens est inscrit dans mon ADN. Mon père travaillait à la sécurité chez Volvo Cars et lorsque j’étais jeune, il laissait la voiture à l’arrêt tant que nous n’avions pas tous bouclé nos ceintures de sécurité.»

Le chemin entrepris par Maria jusqu’à son premier triathlon – un demi-Ironman au Danemark l’an dernier – a été long et difficile. Il faut s’entraîner énormément pour se préparer à nager 2 km en eau libre, suivis de 90 km à vélo et de 21 km de course à pied. Cela exige aussi des ressources apparemment inépuisables de détermination et une capacité à surmonter l’angoisse qui peut frapper n’importe qui lors d’une telle épreuve.

«Il y a beaucoup de monde dans l’eau et on peut très facilement se sentir terrifié,» dit Maria. «Cela rend claustrophobe, il y a des bras et des jambes partout et l’on prend beaucoup de coups. C’est une situation risquée et j’ai donc réellement eu besoin de travailler sur mon assurance pour me sentir en sécurité dans un tel environnement.»

Maria débuta les compétitions de natation en 2014 lorsqu’elle participa à des compétitions de swimrun, un sport né en Suède au début des années 2000. Il consiste en une course qui alterne nage en eau libre et course de cross-country. À la différence de certaines disciplines connexes, vous ne changez pas de tenue entre chaque épreuve de swimrun. Cela signifie que vous courez dans votre combinaison de plongée avec vos lunettes et votre bonnet de natation et vous nagez même avec vos chaussures de course – ce qui est particulièrement difficile.

«Nager en eau libre est très différent de la nage en piscine,» dit Maria qui, assise, observe le lac Västra Nedsjön, à une demi-heure de voiture à l’ouest de Göteborg. «C’est noir, froid et agité. Mais une fois que vous maîtrisez cela, cette sensation est extraordinaire. Vous avez l’impression que vous pouvez tout faire. Je suis si heureuse d’avoir surmonté cette peur.»

Lorsque Maria enfile sa combinaison de plongée, elle a l’impression de mettre un bouclier. Peut-être en raison de ses antécédents chez Volvo Cars, la sécurité est une chose dont elle tient toujours compte lors des entraînements ou des compétitions. Lorsqu’elle nage seule par exemple, Maria porte toujours une bouée de sécurité.

«Mon père est très fier du travail que j’accomplis chez Volvo Cars,» dit Maria. «Lorsqu’il travaillait ici, il s’occupait de sécurité passive – laquelle vous protège en cas de collision. Maintenant, je développe la prochaine génération de technologie, qui contribue à prévenir totalement la collision. Au travail, je suis dans la même disposition d’esprit que lorsque je nage. Aucun défi ou problème n’est insurmontable. Il y a toujours une solution.»

L’une des technologies préférées de Maria est l’offre de sécurité connectée et ses fonctions basées sur le cloud, les dispositifs Slippery Road Alert (Alerte route glissante) et Hazard Light Alert (Alerte feux de détresse). Disponibles pour les clients des marchés européens, les deux fonctions permettent à des voitures de communiquer entre elles en temps réel via le cloud pour alerter leurs conducteurs d’un danger potentiel en amont.

«Je pense qu’en Suède, nous n’avons pas notre pareil quand il est question de réfléchir à la sécurité,» dit-elle d’un air songeur. «Je suppose que cela vient de notre société, une société qui aime prendre soin des autres.»

Et sur ces entrefaites, Maria se lève, parcourt du regard la vaste étendue du lac, ajuste ses lunettes de natation et commence à marcher dans l’eau, d’un pas prudent et assuré.

Sécurité connectée

• Notre technologie de sécurité connectée utilise la puissance de la connectivité pour partager en temps réel les données relatives à la sécurité avec d’autres véhicules et autorités via le cloud, afin que chacun puisse voyager de manière plus sécurisée.

• Le dispositif Slippery Road Alert (Alerte route glissante) détecte les plaques glissantes et partage cette information de danger potentiel et sa localisation avec les véhicules connectées et les autorités responsables de l’entretien des routes.

Le dispositif Hazard Light Alert (Alerte feux de détresse) utilise la technologie basée sur le cloud pour vous alerter si un autre véhicule alentour a allumé ses feux de détresse, vous aidant ainsi à anticiper un danger potentiel. Le dispositif adapte alors votre vitesse ou votre style de conduite si nécessaire.

• La sécurité connectée est actuellement disponible en Suède et en Norvège et sera déployée sur plus de marchés européens tout au long de 2019.