Design

La XC90 présente... la ville de demain

À quoi ressemblera la future mobilité urbaine? Nous nous sommes entretenus avec deux grands pionniers de Boston sur les solutions de transport durables, des bateaux autonomes imprimés en 3D aux capsules volantes à énergie solaire.

TEXTE: STEPHEN WORTHY | PHOTO: ANDREW SHAYLOR

La Volvo XC90 explore les rues de la ville de Boston

Votre travail est beaucoup centré sur le passé, pourquoi?
«Les recherches sur lesquelles je travaille au MIT (Massachusetts Institute of Technology) consistent à profiter des connaissances du passé pour transformer notre futur. Par exemple: nous étudions l’Âge de pierre pour voir s’il existe une façon plus intelligente de construire que nous aurions pu avoir oubliée. Je pense que le futur de l’architecture ressemble beaucoup au passé. Les idées à propos du développement durable sont actuellement asphyxiées par des hypothèses consistant à rendre les choses plus légères, plus fines et par conséquent plus temporaires, mais l’histoire, elle, nous enseigne qu’une réflexion basée sur la durabilité peut aussi être très lourde.»

Comment cela se manifeste-t-il dans la conception de tous les jours?
«Aujourd’hui, nous ne recyclons pas les matériaux de construction. Environ 99% d’un site de démolition correspondent soit à du béton, soit à de la pierre ou de la brique, et nous n’avons toujours pas de solution pour recycler tous ces matériaux dans la construction. Au lieu de cela, nous les enfouissons dans des décharges. Pour chaque sac d’ordures que nous jetons chaque mois, l’industrie de la construction en produit deux en votre nom. Or dans le passé, chaque civilisation a trouvé une façon de recycler ses matériaux de construction. La basilique Saint-Pierre de Rome a «cannibalisé» le Colisée pour se construire.»

Vous avez récemment écrit un livre sur l’architecture intitulé «The Cannibal’s Cookbook» (le livre de cuisine des cannibales). Pouvez-vous nous en dire quelques mots.
«Eh bien, Rome est juste un de ces exemples de revalorisation de déchets de construction pour contribuer au changement perpétuel dont une ville a besoin. Ce que nous faisons au sein du groupe de recherche, c’est précisément d’identifier ces moments dans le passé, où il existait une méthode intelligente pour cela. Nous avons rassemblé ces recettes dans ce «cookbook» et les avons offertes au monde pour dire "Voici un moyen de recycler vos déchets de construction".»

Comment cela fonctionne-t-il concrètement?
«Nous l’avons démontré en construisant l’un de nos propres projets à partir cette méthode. Nous avons réalisé la construction avec de la pierre et du béton qui avaient été préalablement mis au rebut et qui devaient être enfouis. Nous les avons scannés numériquement, utilisé les algorithmes provenant littéralement de constructions en pierre des Incas et créé une nouvelle pièce architecturale à partir de ce savoir. C’est une manière de penser alternative et ancienne, mais je pense qu’elle est aussi durable et intelligente. C’est le futur de l’architecture tout en étant identique au passé.»


Comment le rôle de l’architecte va-t-il évoluer selon vous?

«Nous n’aurions pas pu trouver un architecte sur un chantier de construction au Moyen-Âge. Au lieu de cela, ils avaient des maîtres d’œuvre. Aujourd’hui, les architectes ont la charge de représenter des intentions architecturales. Ils produisent des dessins pour expliquer au donneur d’ordre comment ils voient un bâtiment, mais ils n’ont aucun contrôle sur la façon dont il est réalisé. Cette partie-là est entre les mains du constructeur. Mais il n’en a pas toujours été ainsi dans l’architecture. Notre passé est plein de périodes durant lesquels l’architecte et le constructeur étaient une seule et même personne. Et ces périodes où le concepteur et le réalisateur étaient la même personne ont donné naissance à des pièces architectoniques particulièrement extraordinaires.»

«Prenez les cathédrales gothiques, par exemple. Les maçons qui les ont construites jouissaient d’une certaine autonomie qui leur permettait d’exprimer tout leur art. Chaque colonne est unique parce qu’elles ont toutes été faites par des artisans différents. Avec la production numérique, on assiste notamment à une amélioration stupéfiante de cette relation entre la façon de concevoir et la façon de construire. Actuellement, c’est très excitant d’être architecte. Chez Matter Design, nous nous inspirons du passé pour contribuer à la construction d’un futur plus intelligent.»

La nouvelle Volvo XC90 – désormais disponible avec des panneaux décoratifs intérieurs Dark Driftwood, Iron Ore et Black Walnut. C’est cela, notre idée du luxe suédois moderne et durable.