Vie Urbaine

La conquête de l’espace

La Speicherstadt, à Hambourg, est un magnifique exemple d’architecture industrielle. Ici, la forme se marie à la fonction, et le passé coexiste tout naturellement avec le présent, à l’instar du Volvo V60, un break associant harmonieusement design contemporain, polyvalence et héritage.

TEXTE : IAN DICKSON | PHOTOS : SAM CHRISTMAS

Avec ses 300 000 m2 de superficie, le quartier de la Speicherstadt, à Hambourg, est le plus vaste complexe d’entrepôts unifiés au monde. Construit entre 1883 et 1927 et célèbre pour son architecture néo-gothique, ses canaux, ses bâtiments de brique rouge ainsi qu’une ou deux innovations surprenantes, il est inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO.

Nous découvrons cette zone dynamique à bord du Volvo V60, un break aussi surprenant et réjouissant que les lieux. Tandis que nous traversons le Brooksbrücke, pont en arc en treillis singulier qui nous mène au cœur de la Speicherstadt, nous sommes stupéfaits par la dimension des édifices en brique qui nous entourent. Le toit panoramique permet d’admirer ces majestueuses structures de sept étages qui semblent se hisser vers le ciel. La contemplation de la multitude de détails complexes qui ornent les façades mérite bien un peu de temps.

Comme le V60, les bâtiments de la Speicherstadt offrent un équilibre entre forme et fonction, entre beauté et innovation. En levant les yeux vers le ciel, le regard s’arrête sur les treuils hydrauliques surgissant de splendides pignons en cuivre, qui servaient autrefois à hisser les marchandises depuis les barges arrimées en contrebas. La Speicherstadt était aussi le premier secteur de Hambourg à être intégralement relié à l’électricité : dès la fin des années 1880, on y allumait la lumière grâce à un simple interrupteur.

Rebecca Stehmann dirige ici Waterkant Touren, une start-up spécialisée dans le tourisme qui propose aux curieux de visiter la ville en empruntant des circuits alternatifs. Elle explique : "Pour les habitants d’alors, ces treuils étaient à la pointe de la technique et devaient susciter autant d’admiration que la lumière électrique. Le quartier des entrepôts fut le premier endroit à Hambourg où l’on utilisa des interrupteurs."

Traversée du pont Brooksbrücke à bord du Break Volvo V60

Nous poursuivons l’exploration de la Speicherstadt dans le confort le plus absolu. L’intérieur généreux du V60 nous accueille tous les cinq en réservant assez de place dans le coffre pour nos sacs et notre matériel photo. Dans l’habitacle, le design scandinave épuré et l’abondance de lumière naturelle créent un espace clair et spacieux aux accents contemporains, et un contraste saisissant avec l’environnement industriel plutôt sombre dans lequel nous évoluons.

En explorant le secteur, nous rencontrons Thomas Hampel, photographe et habitant comblé de la Speicherstadt. Il gère une agence de création baptisée Elbe&Flut et nous autorise à photographier le V60 depuis son bureau, situé au croisement de quatre rues et trois canaux.

"Je fréquente ce quartier depuis plus de 30 ans. En tant que photographe, j’ai été envoûté par le lieu, par ces reliques gris-rouge du 19e siècle et par les histoires qu’elles ont à raconter. J’aime me projeter dans le quotidien d’antan, imaginer les effluves d’épices, de café et de tabac."

"Nous poursuivons l’exploration de la Speicherstadt dans le confort le plus absolu. L’intérieur généreux du V60 nous accueille tous les cinq en réservant assez de place dans le coffre pour nos sacs et notre matériel photo."

À l’intérieur de ce bâtiment, l’architecture d’origine est si bien conservée que l’on a l’impression de voyager dans le temps ; seuls les ordinateurs, les téléphones portables et le bourdonnement d’un réfrigérateur nous ramènent au temps présent. Plus de la moitié du site fut rasée pendant la Seconde Guerre mondiale, mais le quartier fut patiemment reconstruit par la suite, brique après brique. C’est dans les années 1990 que l’ensemble fut inscrit sur la liste des sites protégés.

"On ne peut explorer la Speicherstadt que depuis très récemment, ajoute Thomas. Pendant 125 ans, ces gigantesques entrepôts étaient dissimulés derrière une frontière douanière car la Speicherstadt était un port franc. Depuis 2003, la frontière n’existe plus et la zone est devenue accessible à tous".

Notre vue plongeante sur le V60 dans la boîte, Thomas nous propose une visite commentée de la zone et nous remballons l’équipement de Sam, notre photographe, dans l’immense compartiment à bagages du break. Levier de vitesse enclenché sur Drive, nous repartons tranquillement vers le centre de Hambourg, cette ville charismatique qui marie avec brio l’ancien et le nouveau. Notre prochain rendez-vous se profile…