Communiqués de presse
  • BTCS – Belgian Masters - Un week-end frustrant pour le Volvo S60 Racing Team

    02/10/2011

    Une 8e et une 2e places pour Vincent Radermecker et Eric van de Poele ce dimanche à Zolder: malgré deux courses disputées tambour battant, la Volvo S60 n’a pu obtenir les résultats auxquels elle pouvait logiquement prétendre.

    «Notre voiture vaut bien mieux que cela mais c’est la course», philosophait Vincent Radermecker au terme des Belgian Masters qui se sont déroulés sous un chaleureux soleil d’automne. Et le pilote liégeois de poursuivre son analyse:

    «En terme de performances, il est impossible de suivre le rythme de nos rivaux pour l’instant. La cause ne vient pas de notre voiture mais du lest qu’elle devait obligatoirement embarquer ce weekend encore. Avec 90 kg supplémentaires imposés par le règlement, il était évident que nous ne pouvions tenir la comparaison avec la concurrence. Cela s’est vérifié lors des qualifications mais aussi dans le premier round. A ce constat ‘mathématique’ s’est aussi ajouté un problème technique. Alors que nous bataillions pour la 3e place, il a fallu repasser par le stand pour fixer un boîtier épris de liberté. C’est donc en 8e position qu’Eric van de Poele et moi avons classé la Volvo S60.»
     
    Dans la seconde manche, le métier des pilotes a parlé et c’est à la 2e place que la bombe suédoise s’est classée. «Une fois encore, il n’était pas possible de tenir la cadence de nos adversaires.»

    Au terme de ce week-end, Eric et Vincent ont cependant marqué de précieux points et attendent l’ultime confrontation de la saison avec impatience.

    «Le dernier meeting se déroulera à Francorchamps, observe Eric van de Poele. D’ici là, l’été indien sera certainement terminé et nous pourrons peut-être compter sur les caprices de la météo pour rappeler à l’ensemble des suiveurs du BTCS à quel point la Volvo S60 est une arme redoutable sous la pluie. Il me tarde de finir la saison par un coup d’éclat.»

    Une 8e et une 2e places pour Vincent Radermecker et Eric van de Poele ce dimanche à Zolder: malgré deux courses disputées tambour battant, la Volvo S60 n’a pu obtenir les résultats auxquels elle pouvait logiquement prétendre.

    Une 8e et une 2e places pour Vincent Radermecker et Eric van de Poele ce dimanche à Zolder: malgré deux courses disputées tambour battant, la Volvo S60 n’a pu obtenir les résultats auxquels elle pouvait logiquement prétendre.

    «Notre voiture vaut bien mieux que cela mais c’est la course», philosophait Vincent Radermecker au terme des Belgian Masters qui se sont déroulés sous un chaleureux soleil d’automne. Et le pilote liégeois de poursuivre son analyse:

    «En terme de performances, il est impossible de suivre le rythme de nos rivaux pour l’instant. La cause ne vient pas de notre voiture mais du lest qu’elle devait obligatoirement embarquer ce weekend encore. Avec 90 kg supplémentaires imposés par le règlement, il était évident que nous ne pouvions tenir la comparaison avec la concurrence. Cela s’est vérifié lors des qualifications mais aussi dans le premier round. A ce constat ‘mathématique’ s’est aussi ajouté un problème technique. Alors que nous bataillions pour la 3e place, il a fallu repasser par le stand pour fixer un boîtier épris de liberté. C’est donc en 8e position qu’Eric van de Poele et moi avons classé la Volvo S60.»
     
    Dans la seconde manche, le métier des pilotes a parlé et c’est à la 2e place que la bombe suédoise s’est classée. «Une fois encore, il n’était pas possible de tenir la cadence de nos adversaires.»

    Au terme de ce week-end, Eric et Vincent ont cependant marqué de précieux points et attendent l’ultime confrontation de la saison avec impatience.

    «Le dernier meeting se déroulera à Francorchamps, observe Eric van de Poele. D’ici là, l’été indien sera certainement terminé et nous pourrons peut-être compter sur les caprices de la météo pour rappeler à l’ensemble des suiveurs du BTCS à quel point la Volvo S60 est une arme redoutable sous la pluie. Il me tarde de finir la saison par un coup d’éclat.»

    Retour