Actualités
  • Volvo Car Corporation met l’Union européenne devant ses responsabilités quant à ses objectifs et sa tactique en matière de baisse des émissions de CO2

    20/03/2012
    Volvo V60 Plug-in Hybrid
    Electric Silver, Rear, Side, With plug-in cable

     

    VOLVO CAR CORPORATION MET L'UNION EUROPEENNE DEVANT SES RESPONSABILITES QUANT A SES OBJECTIFS ET SA TACTIQUE EN MATIERE DE BAISSE DES EMISSIONS DE CO2

     

    Volvo Car Corporation prévient que les objectifs fixés par l'Union européenne dans le but de réduire les émissions de dioxyde de carbone sont menacés par l'absence de mesures d'incitation harmonisées en direction des consommateurs.

    Autre question cruciale, le besoin pressant de soutenir la recherche et le développement automobiles, y compris pour l'électromobilité.

    Stefan Jacoby, Président-Directeur général de Volvo Car Corporation, indiquera aujourd'hui à Bruxelles, dans le cadre d'un séminaire d'entreprise, que l'emploi, les investissements et la compétitivité dans l'industrie automobile européenne, pourraient être menacés par la démarche de la Commission européenne en faveur de l'électrification des véhicules.

     

     

    « Volvo Car Corporation exhorte l'Union européenne à coordonner des mesures d'incitation tout en soutenant la recherche et le développement. L'industrie automobile européenne risque de perdre son actuel leadership technologique si rien n'est fait », souligne Stefan Jacoby.

    « A long terme, cette situation menace notre compétitivité industrielle et l'emploi en Europe », poursuit-il. Volvo Car Corporation exprime également des réserves quant à la viabilité du livre blanc de la Commission européenne sur le Transport, qui indique que les émissions de gaz à effet de serre devront être réduites d'au moins 60% dans le secteur du transport d'ici à 2050, de façon à atteindre les objectifs de l'Union européenne en matière de changement climatique. Le livre blanc plaide aussi en faveur d'une division par deux de l'usage en ville des véhicules à moteur conventionnel à l'horizon 2030, puis de leur suppression progressive d'ici 2050.

     

    Un défi complexe pour l'industrie

    « Les constructeurs automobiles européens sont confrontés à un défi très complexe sachant que les réglementations sur les émissions CO2 rendant les véhicules électriques incontournables sont mises en œuvre à défaut d'initiatives visant à mettre ces voitures à la portée d'un nombre croissant de consommateurs », souligne Stefan Jacoby.

    En 2011, moins de 50 000 véhicules 100% électriques ont été commercialisés dans le monde, ce qui représente une part de marché de l'ordre de 0,1%. Ce chiffre donne à penser que le marché automobile sera toujours, dans un avenir prévisible, dominé par les modèles à moteur thermique classiques.

    « Il est bien trop tôt pour écarter les groupes motopropulseurs essence et Diesel conventionnels, observe Stefan Jacoby. Nous devons continuer à en améliorer le rendement. Au cours des deux années passées, Volvo a fait chuter de 13% les émissions de CO2 de ses modèles essence et Diesel ».

     

    Des prévisions d'électrification irréalistes

    Alors qu'aucun objectif officiel n'a été fixé pour l'implantation de l'électrification au sein de l'Union européenne, plusieurs Etats membres surestiment la rapidité d'introduction des véhicules électriques selon les analyses réalisées par l'industrie.

    La propre étude de la Commission européenne, intitulée « Une stratégie européenne pour des véhicules propres et économes en énergie », prévoit seulement 3 à 4% de part de marché pour les véhicules 100 % électriques et les hybrides rechargeables à l'horizon 2020, et table sur une progression de 30% en 2030.

    « Les deux prévisions sont aussi irréalistes l'une que l'autre, confie Stefan Jacoby. En l'absence de mesures d'incitation concertées des Etats, les véhicules électriques auront bien du mal à franchir la barre des 1% de pénétration de marché à l'horizon 2020 ».

     

    Des aides et mesures d'incitation indispensables

    La lenteur de la baisse des coûts des technologies d'électrification constitue un frein majeur à l'augmentation rapide du nombre de véhicules électriques en circulation. 

    « Les efforts de réduction des coûts accomplis par l'industrie automobile ne sauraient compenser totalement le coût additionnel induit par le système de batterie », explique Stefan Jacoby.

    Des aides et mesures d'incitation paneuropéennes sont nécessaires pour accompagner une introduction réussie sur le marché. Malheureusement, ces initiatives indispensables sont menacées par la crise actuelle de la dette.

    Pour montrer sa détermination de s'ériger en chef de file de l'électrification, Volvo Car Corporation a lancé en 2012 le V60 Hybride Rechargeable.

    « Le V60 Hybride Rechargeable est une superbe voiture, qui a suscité un immense intérêt sur le marché. Cependant, malgré tous nos efforts pour contenir son prix sous la barre des 50 000 euros, nous avons besoin de mesures d'incitation pour élargir son audience ».

     

    Leadership technologique menacé

    La mobilité électrique doit passer par une coopération entre l'industrie automobile, les Etats, les gestionnaires d'infrastructures, les fournisseurs d'énergie électrique et les institutions scientifiques.

    En Chine, par exemple, l'Etat a affecté 15 milliards de dollars pour soutenir les travaux de recherche et de développement en électrification de son industrie automobile nationale. Cette dotation dépasse de loin l'engagement de l'Union européenne et des Etats-Unis en faveur de l'électrification.

    Des délégués de la Commission européenne, des universités et de l'industrie doivent débattre aujourd'hui des principaux problèmes et défis pour atteindre les objectifs fixés par l'Union européenne en matière d'émissions. Plus de 300 invités de haut niveau, de la communauté des décideurs politiques et des milieux d'affaires de Bruxelles, sont également attendus pour participer aux séances portant sur des questions plus vastes comme l'infrastructure, les mesures d'incitation, les priorités économiques et le coût de production à optimiser afin que l'électromobilité devienne une réalité en Europe.

    Volvo Car Corporation prévient que les objectifs fixés par l’Union européenne dans le but de réduire les émissions de dioxyde de carbone sont menacés par l’absence de mesures d’incitation harmonisées en direction des consommateurs.Autre question cruciale, le besoin pressant de soutenir la recherche et le développement automobiles, y compris pour l’électromobilité.Stefan Jacoby, Président-Directeur général de Volvo Car Corporation, indiquera aujourd’hui à Bruxelles, dans le cadre d’un séminaire d’entreprise, que l’emploi, les investissements et la compétitivité dans l’industrie automobile européenne, pourraient être menacés par la démarche de la Commission européenne en faveur de l’électrification des véhicules.
    Retour